Les activités

Au moyen Age jusqu’à l’époque moderne les activités économiques de Préaux sont menées autour de l’activité des abbayes. Tout était produit localement. Les abbayes étaient des centres économiques. Au Moyen Age, l’Abbaye des Préaux est loin de toute ville, la principale étant Rouen. Les chartes de Préaux permettent de suivre le développement de la ville de Pont-Audemer. Robert de Meulan concède aux moines de Préaux et à eux seuls « la libre faculté de construire s’il leur plait, de nouveaux moulins à Pont-Audemer, à savoir, tannerets (pour moudre le tan), et foulerets (pour fouler les draps) et autres. Il y avait également un moulin banal à blé à l’Abbaye St Pierre de Préaux. Il fut équipé d’un étang au XIIe siècle.

Préaux a accompagné la révolution industrielle depuis le XIXe siécle avec l’installation de fabriques et d’usines qui ont laissé quelques friches. Ainsi les anciens établissements Sénéchal. A l’origine, il s’agit d’une blanchisserie de fil appartenant à M.Boudin père et fils, servant à alimenter un tissage mécanique dont on a une trace dès 1855 qui fut reprise par un certain M Lambert en 1868-1870. elle devient ensuite une usine de fabrication de toiles cuirs, cirées et de vernis gras, servant à l’ameublement, à la fabrication d’articles de camping et de vêtements de pluie sous la direction de M ; Prud’hon puis de la société Chapman jusqu’en 1937 où la famille Sénéchal exploita le site jusqu’à sa liquidation en 1979-1980.

Ainsi les activités industrielles se sont-elles ajoutées aux activités rurales et artisanales comme le prouvent les anciennes cartes postales des Préaux.

  • Sources : les archives départementales de l’Eure
  • Archives privées sociétés Chapman/Sénéchal, Antea Group